La pratique des 3 C : la concentration du tenzo





Composer des menus ajustés nécessite de savoir où l'on est . C'est une question que l'on ne prend pas toujours soin de se poser néanmoins elle est essentielle .

La pratique de la cuisine de la bienveillance est le mouvement enthousiaste de la vie qui circule aussi se poser sur cette ligne.

Cette cuisine accordée tout qui nécessite de cultiver son intuition nécessite un fond de cuisine de base. ( Cf post Fond de cuisine dans rubrique principes).


Concrètement , pour cuisiner dans la reliance, on pratique les 3 C Cosmos /Corps / Cœur Se ressituer au niveau de ces 3 réalités est la clé du jaillissement de lʼintuition, de la connaissance enfouie.

-Se replacer dans le cosmos: Observer dans quelle saison on est afin de se positionner dans l'eco - système global de la nourriture. Commencer par cerner la saison et à l'intérieur de celle ci situer dans quelle partie du cycle nous situons nous en fonction de notre géographie.

C'est une pratique qui nous permet sur le marché ou dans les magasins de ne pas se faire distraire par des ingrédients " hors sols". Si on a jardin c'est plus simple , on prend ce qu'il ya et qui sera forcement aligné !


-Se sentir dans son corps: De retour en cuisine on observe son ressenti : froid, chaud et on commence à écouter le désir naturel de manger qui surgit dans l'alignement physique des éléments ( moi et l'extérieur) et on visualise ses envies.Quand on cuisine pour un groupe , de la même manière, on observe le ressenti corporel des personnes du groupe ou de la personne la plus fragile s'il est difficile de faire une généralité. Et on aligne les 2.

-Entendre son cœur : Enfin , le plus subtil est d'écouter l'émotionnel car c'est lui qui va donner le ton de notre repas : on observe les émotions, l'humeur, si l'on est triste ou joyeux, fatigué ou détendu, et on accueille le désir de manger qui se précise.

Par l'écoute sensible de notre émotionnel, on ouvre l'espace du coeur et ainsi nous pouvons cuisiner le goût du centre,celui qui nourrira lʼaxe .

Quand on cuisine pour un groupe on rentre dans l'écoute profonde du groupe en prenant quelques grandes respirations . Cette écoute profonde du groupe se fera naturellement si l'on médite et mange avec le groupe , on la cherchera de manière plus concentrée si l'on en est séparé. Sans effort notre axe se confondra à la réalité de la situation collective .

Si l'on est" sourd " on choisira de penser à la personne la plus fragile du groupe ( la plus âgée, ou malade) et l'on se concentrera sur son être.


Une fois que l'on est positionné dans le monde ici et maintenant . on peut ouvrir les yeux et voir les ingrédients fond de cuisine + frais) Goûter les légumes à cru , sentir les épices ou aromates permet d'augmenter sa créativité

mais également de voir si ce goût correspond au besoin du jour.


On peut maintenant penser au plat principal ( bol 2) que l'on complètera avec une céréale ( bol 1) et des crudités ( bol 3 ) dans la pratique des 6 saveurs , 5 textures 5 couleurs ( cf posts) ainsi ue dans les 3 qualités ( cf posts).

On présentera ces 3 bols en Oryoki ou à l'assiette selon la situation ou en buffet en demandant à chacun de goûter les 3 en même temps afin de bénéficier de ce goût du centre rassasiant .

2 vues
CONTACT

 

06 42 06 71 72

valerie.duvauchelle@gmail.com

 

  • Facebook
  • Instagram
  POST - ACTIVIVISME

Comment se transformer collectivement par la nourriture ? 

DESCRIPTION
 

shôjin Ryôri

cuisine regénérative 

cuisine de la juste mesure  

cuisine harmonisée